Le Temps qui court ou la vie qui va trop vite

« L’homme ressemble à un souffle, ses jours sont comme une ombre qui passe » (Téhilim 144, 4)

Le Midrash (Kohelet Rabba 1, 2) explicite les paroles de David HaMélekh : nos jours passent comme l’ombre d’un oiseau. Plusieurs explications sont proposées par les commentateurs du Midrash ; nous resterons sur une compréhension littérale de son texte : notre vie passe si vite qu’elle est comparable à l’ombre d’un oiseau, disparaissant à peine un instant après être apparu.

La Michna enseigne : « (…) A quarante ans, la compréhension. A cinquante ans, le conseil. A soixante ans, la maturité (1). A soixante-dix ans, la vieillesse. A quatre-vingts ans, la puissance (2). A quatre-vingt dix ans, la méditation. A cent ans, c’est comme s’il était déjà mort, parti et disparu de ce monde (3). » (Pirké Avot 5, 22)

 

 

Chaque âge correspond à une étape dans la pensée de nos Sages. Cette Michna nous montre que chacune de ces étapes est extrêmement courte : 10 ans ! Qui ne peut dire, lorsqu’il approche de ses trente ans, que ses vingt ans ne lui semblent pas proches ? Lorsqu’il approche de ses quarante, que ses trente ans ne lui semblent pas proches ? A chaque anniversaire, à chaque naissance, à chaque regard vers le passé, on se murmure mélancoliquement : « Mais que le temps passe vite…. ».

Et pourtant, que faire si ce n’est accepter son sort destiné à se détériorer inexorablement ?

Apparemment, craindre de vieillir puis de disparaître n’est pas l’apanage du « mauvais juif ». Nous remarquons que cette vieille appréhension est assez logique, compréhensive, puisque même le Roi David soulève ce problème insoluble dans ses Téhilim. De même son fils, Shlomo HaMelekh, écrit: « Qui sait, en effet, ce qui est avantageux pour l’homme durant sa vie, au cours de ces quelques années de sa vaine existence, qu’il voit fuir comme une ombre ? (…) » (Kohelet 6, 12).

Mais pourquoi David et son fils insistent-ils sur la brièveté de la vie humaine avec un ton tristement résigné ? Pourquoi n’acceptent-ils pas aisément, dans leur grande sagesse, que la vie est courte et qu’il faut faire avec ? Quelle est l’utilité de propos soulevant des interrogations philosophiques sans solution ?

Le Midrash enseigne : « D. fit défiler devant le premier homme toutes les générations à venir. Il lui montra David qui ne devait vivre que trois heures. Adam dit : « Que soixante-dix ans de ma vie aillent à cette âme ! » (…) » (Yalkout Shimoni 41)

A la lecture de ce récit rabbinique, nous voyons qu’il y a un certain lien entre Adam et David. L’un vécut neuf-cent trente ans, l’autre juste soixante-dix ans. Mais pourquoi David ne put-il pas vivre autant que son ancêtre originel ? Rappelons qu’il dut mourir avant de finir la construction du Temple de Jérusalem. Une vie plus longue n’aurait-elle pas pu lui permettre de réaliser entièrement cette entreprise?

Il est possible que ces interrogations aient parcouru l’esprit du fameux Roi d’Israël. Ainsi, son affirmation, présentée sous forme de questionnement par son fils, traduirait un réel problème existentiel concernant l’humanité dans son ensemble : pourquoi subissons-nous encore les conséquences du décret qui frappa la génération pré-diluvienne ? Pourquoi ne pouvons-nous pas vivre aussi longtemps que les premiers hommes et mener ainsi à bien tous nos projets ?

Plusieurs approches ont été envisagées pour expliquer la brièveté de nos vies en comparaison avec celles de nos prédécesseurs. Elles présentent toutes des arguments solides et méritent sans doute approfondissement (4). Je m’arrêterai dans ce travail sur celle de Don Itzhak Abrabanel, Erudit, Rabbin et homme public espagnol du 15ème siècle.

D’après lui, les premières générations parvinrent à vivre longtemps sans sombrer dans la décadence qui marqua la génération pré-diluvienne, car il n’y avait qu’une femme pour un homme, ce qui facilita la procréation et la création d’une vie de famille saine. Par la suite, lorsque les hommes et les femmes se multiplièrent, les unions illicites commencèrent à se multiplier. Les relations sexuelles n’avaient plus pour but de perpétuer la vie, mais uniquement d’assouvir les désirs. Ainsi, durant leurs centaines d’années d’existence, les Hommes oubliaient complètement l’objectif de leur création pour se livrer à des occupations non constructives pour l’humanité. Or, quelque chose de non constructif est forcément destructif puisqu’il empêche l’avancement et l’élévation.

Cette détérioration des êtres humains était encouragée par leur importante durée de vie. En effet, plus le moment où il faut rendre des comptes est éloigné, plus on se permet de se laisser aller. A l’inverse, si le moment fatidique approche à grand pas, on n’ose moins dévier du bon chemin par peur de rater sa sortie.

Dans le même ordre d’idées, lorsqu’on a conscience que l’éternel combat entre notre corps et notre raison est limité par le temps, et cessera avec la baisse de notre vigueur dans une poignée d’années, on arrive davantage à gérer notre conflit intérieur. Par contre, s’il parait interminable, la volonté du corps surpassera indubitablement celle de la raison. C’est ce qui arriva malheureusement à la génération pré-diluvienne, nous explique Don Itzhak Abrabanel (5).

L’idée est donc la suivante : le problème ne se pose pas vis-à-vis de l’homme et de ses projets, mais vis-à-vis du projet divin indissociable des missions distinctes des êtres humains. Nous pensons : « J’aimerais vivre plusieurs centaines d’années pour accomplir tous mes projets et améliorer par là l’humanité ». La réplique d’Ha-Chem est alors, d’après l’explication de Don Itzhak Abrabanel : « Faux ! Si tu vis plusieurs centaines d’années, tu oublieras tous tes projets pour te laisser aller à tes désirs et tu détruiras l’humanité au lieu de l’améliorer ! » .

Nous avons de nombreux problèmes existentiels, de nombreuses appréhensions nous parcourent. Seule l’Etude de la Torah peut nous aider à trouver des pistes de réflexion pour répondre à nos interrogations et trouver notre place dans la Création.


  1. C'est-à-dire : Soixante ans est l’âge de la sagesse (en hébreu : « Bén Shishim léZikna »), le mot « zakén » signifiant une vieillesse accompagnée de sagesse, d’où la traduction par « maturité ».

  2. C'est-à-dire : A quatre-vingts ans on est encore vivant grâce à la bonté d’Ha-Chem qui est puissant. Il ne faut pas comprendre qu’une personne de quatre-vingts ans possède une puissance physique, le mot « puissance » est rattaché ici à Ha-Chem (Rachi).

  3. C'est-à-dire : A cent ans, on a plus beaucoup de force et la Techouva ne peut être opérée avec la même volonté qu’auparavant. Une Techouva correcte n’est possible que jusqu’à un certain âge, après ce stade, la baisse de nos forces physiques fait que l’on est considéré comme « disparu de ce monde » car les dés sont, pour ainsi dire, déjà jetés… (Midrash Shmoel)

  4. Voir le Rambam (Guide des égarés 2, 47), le Ramban (commentaire sur Berechit 5, 4) et Flavius Josèphe (Antiquités 1, 3). La lecture de ces passages est indispensable pour avoir une vue d’ensemble des différentes opinions sur le sujet. La liste n’est pas exhaustive.

  5. Piroush Al Ha Torah, Béréchit 6, 1, derekh alef. On remarquera que cette idée a une conséquence très intéressante : le libre-arbitre de l’homme ne pourrait exister que pour une durée déterminée. Si la durée de vie est trop longue alors le libre-arbitre n’aurait plus d’effet puisque les volontés du corps l’emporteraient toujours sur la raison. Idée à travailler…