Mais qui est Eliahou HaNavi ?!

A chaque issue de Shabbat, tous les fidèles se réunissent autour du Rabbin qui s’apprête à faire la Havdala ; tous les membres de la maison se réunissent autour du père de famille, et tous chantent joyeusement en cœur : « Eliahou HaNavi, Eliahou HaNavi, Eliahou HaNavi, Biméra Yavo Elénou im Machia’h Ben David ». Traduction : « Eliahou HaNavi (ter) viendra rapidement vers nous avec le Messie fils de David ».

Le prophète Eliahou1 est ainsi ancré dans la tradition comme étant LE prophète qui annoncera la venue du Messie. Des histoires de toutes sortes circulent sur ce fameux personnage, les témoignages de Sages ou de profanes qui auraient bénéficié de son aide sont légions…

Pourquoi un tel engouement pour ce Prophète ?

 

Dans le Premier Livre des Rois, Eliahou HaNavi est présenté simplement comme « Eliahou le Tichbite, un de ceux qui s’étaient établis en Guilad »2. Rachi explique qu’il est appelé ainsi car originaire d’une région appelée « Tochev ».

Il est donc impossible de déterminer la tribu d’Eliahou en se basant uniquement sur le texte.

Deux sources midrachiques indiquent d’ailleurs deux versions différentes quant à sa provenance. L’une affirme qu’il est de la tribu de Binyamin3. L’autre annonce de manière spectaculaire : « Eliahou c’est Pin’has » !4

Le Ralbag (14ème siècle) et Abrabanel (15ème siècle), deux commentateurs majeurs de la Bible, démontrent tous deux la véracité de cette dernière affirmation.


Examinons les points principaux de leurs explications :

  • Chronologiquement, Eliahou et Pin’has peuvent-ils être la même personne ?

Il est dit à propos de Pin’has qu’Ha-Chem conclut avec lui une « alliance de paix »5. Et il est précisé dans Malakhi le bénéfice de cette alliance : « mon alliance avec lui a été un gage de vie et de paix »6. Pin’has a donc bénéficié d’une « vie » supplémentaire, c'est-à-dire d’une durée de vie rallongée. D’autres sources corroborent cette interprétation, puisqu’on retrouve 

Pin’has vivant, bien des années plus tard, agissant auprès des tribus en tant que conciliateur lorsque des querelles s’élèvent entre elles7. Enfin, à l’époque de David, soit près de 400 ans après l’apparition de Pin’has Ben Eléazar dans le Désert, ce dernier est mentionné dans le Livre des Chroniques comme un chef de troupes des Bnéi-Israël8 !

D’après l’étude détaillée des différents Livres de la Bible, il n’y aurait donc pas d’objection chronologique à l’affirmation précitée de nos Sages : « Eliahou c’est Pin’has ». Etant donné que Pin’has a bénéficié d’une vie plus longue que la normale grâce à l’ « Alliance de Paix » qu’il contracta avec Ha-Chem, il est tout à fait possible qu’il ait vécu jusqu’à l’époque des Rois, époque à laquelle vivait Eliahou.


  • Comment Eliahou pourrait-il « revenir d’entre les morts » pour s’adresser à des vivants ?

Le texte du Second livre des Rois témoigne qu’Eliahou n’est pas mort comme les autres hommes. Il n’est pas décédé avant d’être enterré, mais Ha-Chem le fit monter au Ciel dans un tourbillon9. Plus tard, alors qu’Eliahou est censé avoir disparu de ce monde, une lettre écrite de sa main parvient au Roi de Juda, Yéoram Ben Yéochafat, pour lui annoncer une calamité consécutive à la mauvaise orientation de son règne10.

Le Ralbag démontre fermement que cette prédiction -qui se réalisa- ne put être rédigée du vivant d’Eliahou HaNavi, car le Roi Yéoram n’était pas encore sur le Trône. Or, un Prophète ne peut prédire le châtiment pour la faute d’une personne avant que celle-ci ne la commette, car cela remettrait en cause un fondement de la Torah : le principe du Libre Arbitre 11!

Par conséquent, il serait faux de dire qu’Eliahou HaNavi « revient d’entre les morts pour parler aux vivants », puisqu’il n’est pas vraiment mort12 !


Mais de quel mérite Eliahou peut-il se prévaloir pour bénéficier de cette situation incroyable ?

Le Rav Elie Munk, dans La Voix de La Torah, explique qu’Eliahou -comme Pin’has- a su parfaitement allier son Zèle pour Ha-Chem, qu’il laissa éclater à plusieurs reprises, avec son 

amour d’Israël13. En effet, lorsque les Bnéi-Israël se détournaient de D.ieu en servant le culte idolâtre de Baal, il n’hésita pas à défier tous les faux-prophètes de cette Avoda Zara, puis à les faire exécuter afin d’anéantir définitivement ce mal14. Mais n’oublions pas que ce zélateur est le même que celui qui supplia Ha-Chem, quelque temps auparavant, pour qu’il fasse revenir à la vie le fils d’une veuve en détresse…

… « Et c’est ce rôle qu’Eliahou assumera à la fin des temps comme précurseur du Messie, en rapprochant les cœurs des enfants de ceux de leurs parents. » (Rav Munk)15.


1 Traduction de « Eliahou HaNavi »


2 I Melakhim 17, 1


3 Berechit Rabba 71 81b


4 Yalkout Paracha Pin’has


5 Bamidbar 25, 1


6 Malakhi 2, 5 ; voir Radak sur ce verset.


7 Explicitement dans Yéochoua 22, puis d’après les commentaires sur le chapitre 21 du Sefer Chofetim ; voir également La Voix de La Torah sur le début de la Parasha Pin’has.


8 I Divré Hayamim 9, 20 voir Radak pour les interprétations divergentes de ce verset.


9 II Rois 2.


10 II Divré Hayamim 21, 12.


11 Voir commentaires du Ralbag sur notre passage (I Melakhim 17,1) et sur le passage de Divré HaYamim (op. cit.)


12 Je retrace juste ici les explications des Richonim, permettant de comprendre le Midrach : « Pin’has c’est Eliahou ». Je ne prétends pas expliquer comment se matérialise Eliahou lorsqu’il s’adresse à des hommes.


13 Op. cit.


14 I Melakhim 18


15 Le but de cet article est d’apporter quelques connaissances sur Eliahou HaNavi, dont on entend si souvent parler. Les précisions que j’apporte ne sont pas exhaustives, je vous invite à approfondir le sujet, et de lire, en plus des commentaires classiques sur le texte, le commentaire du Rav Munk (cité plus haut), qui vous éclairera, entre autres, sur le rapport entre Eliahou HaNavi et la Circoncision.