Articles

La grande majorité des articles suivants ont été rédigés par le rabbin Yona Ghertman, docteur en histoire du droit et des idées politiques, membre de la yeshiva de NICE (CEJ) et qui participe aux revues niçoise "Lekha Dodi", "Shalom Pratik" et "Le Cachère Magazine"

 



Adam HaRishon, la Techouva, et la révolution de l'espace-temps

Après la consommation du fruit de l'arbre de la connaissance par Adam, Dieu le renvoie du Gan-Eden. Cet épisode est ainsi relaté dans le texte :

L'Eternel-Dieu dit : « Voici l'homme devenu comme l'un de nous, en ce qu'il connaît le bien et le mal. Et maintenant, il pourrait étendre sa main et cueillir aussi du fruit de l'arbre de vie ; il en mangerait et vivrait à jamais... ». Et l'Eternel-Dieu le renvoya du jardin d'Eden  (Berechit 3, 22-23).

Le Midrash présente un éclairage surprenant sur une expression apparemment anodine employée dans ce passage :

[Et maintenant, il pourrait étendre sa main], Rabbi Abba Bar Kahana a dit : «Cela nous enseigne que le Saint Béni Soit-Il lui a ouvert les portes de la Techouva ». [Et maintenant], L'expression «Et maintenant» n'est employée que pour parler de la Techouva, comme il est écrit : «Et maintenant Israël, que te demande Hachem si ce n'est de le craindre (Devarim 10, 12) ». (Berechit Rabba 21, 6)

Parmi les difficultés soulevées par ce midrash, on en relèvera deux : 

Lire la suite...
 
Pourquoi la religion juive se transmet-elle par la mère ?

Tout le monde sait que selon le judaïsme, l’enfant ne naît juif que si sa mère l’est également, mais que dans le cas contraire, il naît « non-juif » même si son père est juif. Mais que sait-on véritablement ? D’où vient cette loi qui pourrait paraître arbitraire à certains ? Comment expliquer ce phénomène qui rythme la vie juive et peut parfois bouleverser des familles entières dans des cas malheureux de « mariages mixtes » ?

 1/ Lorsque le statut de l’enfant provient du statut du père.

 Le Rav M. Gugenheim montre dans son ouvrage "Et tu marcheras dans ses voies" différents exemples dans lesquels l’enfant prend le statut de son père. Ainsi, le statut de Cohen, de Lévy ou de simple Israël se transmet exclusivement par le père : Si un Cohen épouse une fille Israël, l’enfant sera alors Cohen. Par contre, si c’est un Israël qui épouse une fille Cohen, l’enfant ne sera pas Cohen, mais Israël [Kidouchin 66b]. Il en va de même pour les questions de succession : en cas de famille recomposée, seuls les frères consanguins [demi-frères par le père] sont susceptibles d’hériter l’un de l’autre, à l’exclusion des frères utérins [demi-frères par la mère].

Lire la suite...
 
Le véritable socialisme selon la Torah

Par le Rabbin Yona Ghertman, Docteur en Histoire du Droit et des idées politiques

Chaque fête juive est associée à un événement particulier dont se font échos les passages de la Torah lus durant les différentes solennités juives. Ainsi à Pessa’h, nous lisons une partie de la Parasha « Bo » relatant la sortie d’Egypte. De même à Chavouot, nous lisons une partie de la Parasha « Ythro » contenant l’énoncé des « dix paroles » transmises sur le Mont Sinaï lors du don de la Torah, etc.… Mais au-delà de ces passages spécifiques, les Sages ont fait en sorte que des textes communs aux trois fêtes de pèlerinage soient intégrés aux lectures des jours de Yom Tov

Lire la suite...
 
Savoir répondre

Entre les fêtes de Pessa’h et de Chavouot, la coutume veut que toutes les communautés juives étudient le traité de la Mishna « Pirké Avot ». La traduction littérale du titre de cet ouvrage rabbinique est « Chapitres des Pères », en référence aux leçons des Sages des premières générations, consignées dans les six chapitres de ce traité. Ces leçons ayant un objet spécifiquement « moral », leurs auteurs sont assimilés à des « pères », garants par excellence de la transmission éthique selon le Roi Salomon : « Ecoute mon fils, les leçons morales de ton père » (Proverbes 1, 8).

Lire la suite...
 
L'éducation juive

Les domaines composant l'éducation juive sont variés. Les récits de l'Histoire biblique, les premiers enseignements légaux des Sages (Mishna), les discussions intellectuelles ayant précédé l'élaboration de la Loi Juive (Talmud), et la Loi juive elle-même (Halakha), sont autant de matières devant être abordées séparément, chacune à une étape différente de la scolarité (voir Pirké Avot 6, 22).

L'objectif de l'éducation juive est de former des jeunes juifs et des jeunes juives soucieux de marcher dans la voie de la Torah, c'est à dire, soucieux de diriger leurs vies en suivant la Halakha, la Loi juive. Ceci paraît évident pour toute personne concernée par l'éducation, qu'il s'agisse des enseignants ou des parents d'élèves. Toutefois, 

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>